• Christophe Godal

Pourquoi la coopération inter-entreprises ! (2/2)

L’essentiel : La coopération inter-entreprises va vous aider à vous développer plus rapidement et autrement. Quand la gouvernance est assurée par les dirigeants eux-mêmes, elle va vous aider à prendre du recul et contribuer à améliorer vos propres pratiques de gestion. Elle va vous permettre aussi de concilier deux besoins paradoxaux pour un dirigeant que son l’autonomie / l’indépendance mais aussi l’appartenance / le partage. Quand on sait que le terreau de ces alliances est souvent au sein de votre écosystème d’affaires, franchirez-vous le pas ? Au travers de ces lignes, j’espère vous donner envie de développer des coopérations et recueillir vos témoignages.

Partie 2 : Regard et perspectives


La coopération inter entreprise est passionnante par ses effets de leviers et ses multiples dimensions tant au niveau de l'individu que du groupement. Certes exigeante dans son pilotage et sa mise en oeuvre, une fois mise sur de bons rails, elle fait sens pour toutes les parties prenantes et apporte plus de valeur au client.


Une vision et une façon d’appréhender son écosystème d’affaires

Face aux incertitudes et aux changements permanents, aux limites des organisations trop hiérarchisées, les coopérations inter-entreprises sont une solution d’avenir à (ré-)envisager au moins pour certains champs de son activité. En effet, elles :

  • génèrent de nouvelles sources de croissance

  • aboutissent ainsi à des offres difficiles à imiter (une coopération est très spécifique)

  • aident à progresser dans sa connaissance du monde, individuellement et collectivement

  • concilient le besoin d’autonomie et d’appartenance à un groupe pour sortir de l’isolement

Un levier de développement puissant et exigeant

Les atouts du groupement sont indéniables mais la coopération inter-entreprises peut aussi faire peur devant les différents processus à prendre en compte.

  • Forces

Il permet de créer de la valeur ajoutée à de nombreux niveaux. On pense bien sûr au Chiffre d’affaires et aux gains financiers qui sont indispensables dans une coopération business mais le réseau de contacts, l’apprentissage, l’échange entre pairs constituent également des apports essentiels.

  • Exigences

Coopérer entre dirigeants est rarement spontané. Plus ou moins consciemment, le fait d’être dans le groupement va interroger sur son rôle, ses craintes, ses compétences, sa propre vision, ses croyances, etc.. Il sera nécessaire de comprendre des mécanismes complexes et d’avoir un pilotage adapté pour "éviter les sorties de route" ou de "rester embourbé au stade de l’idée".

  • Préconisation

Pour ces raisons, une coopération inter-entreprises à vocation business, au-delà du duo, nécessite à certains moments clés un regard externe spécialisé. Soit pour mettre en place les bases objectives de la coopération et son plan de développement, soit pour améliorer le fonctionnement et la performance de ce groupement. Cette préconisation est d’autant plus importante si l’on parle d’un groupement où les membres souhaitent effectivement rester inter-dépendants et véritablement co-engagés.

Un point de vue forgé par un parcours au pays des groupements

Pendant plus de 15 ans, mon quotidien dans des structures de développement de la filière bois a consisté avec les dirigeants d’entreprises à initier, lancer, soutenir de nombreuses alliances.

En tant que consultant indépendant aujourd’hui, j’interviens auprès des dirigeants avec un regard neutre et indépendant pour accompagner la performance du groupement sur le champ concurrentiel.

La réalisation d’un mémoire pendant 18 mois m’a permis d’approfondir le sujet et de modéliser « Les conditions de création de valeur ajoutée par le groupement d’entreprises ».

©2018 by Christophe Godal